AccueilExpériencesRécitsComment mon amour de longue date à l’université a appris l’existence des...

Comment mon amour de longue date à l’université a appris l’existence des cages de chasteté


C’est sans doute à la plage qu’elle a remarqué pour la première fois qu’elle m’intéressait. Je me souviens d’avoir essayé de ne pas fixer son corps à moitié nu et soyeux, mais mes yeux n’arrêtaient pas de la fixer. Nous étions allongés sur nos serviettes avec quelques amis de l’université. Je l’ai surprise à me regarder quelques fois, je ne savais pas alors à quoi elle pensait, mais j’espérais tellement qu’elle était aussi intéressée. Je suis sûr que j’ai tout imaginé, mais je pourrais jurer qu’elle se déhanchait à peine, qu’elle pressait les côtés de ses seins en s’allongeant sur le ventre et en s’appuyant sur ses coudes. Ses jolis pieds nus pendaient dans l’air derrière elle. Elle a dû remarquer que je jetais un coup d’œil sur eux. J’étais hypnotisé, mais aussi convaincu qu’elle était hors de ma ligue.

Nous avons continué à nous voir tout au long de l’année, toujours avec des amis. Nous n’avions pas grand-chose en commun et je savais que mon attirance pour elle était presque purement physique. Mais il y avait ce petit quelque chose dans ses yeux, je ne sais toujours pas si c’est la douceur de ses yeux, ses sourcils fins, ses majestueux et voluptueux cheveux blonds ou ses lèvres pâles, mais elle était tout simplement la personne la plus précieuse et la plus mignonne que j’aie jamais rencontrée et je devais être avec elle aussi souvent que possible. Mais il y avait aussi cette spontanéité parfois dans ses sourires diaboliques et rougissants ainsi que son regard pétillant qui émanait une telle luxure que je n’aurais jamais pu dire non à tout ce qu’elle m’aurait demandé. Je fantasmais sur elle aussi souvent que je la voyais.

Et c’est cette année-là que j’ai entendu parler pour la première fois des cages de chasteté. Maintenant que j’y pense, je suis sûr qu’elles m’ont attiré parce que j’étais déjà si frustré et si certain de ne jamais avoir de chance avec elle qu’il était logique que j’en porte une. C’était tout simplement « adapté » d’une certaine manière. J’en ai donc commandé une. C’était un modèle standard en plastique, juste un peu trop grand, mais la sensation de la porter était si envoûtante qu’il fallait que j’en achète une plus ajustée, ce que j’ai fait. Je suis sûr que vous pouvez imaginer comment cela a continué. J’ai essayé quelques modèles et j’ai fini par en trouver une avec laquelle je me sentais à l’aise. J’adorais la porter ici et là, en pensant à elle, à la façon dont je mourrais d’envie d’être sous son contrôle. Je ne pouvais pas m’empêcher d’y penser.

Chaque jour, je voulais lui envoyer un message pour lui poser des questions. Si elle connaissait les cages, ce qu’elle en pensait, si elle était d’une manière ou d’une autre intéressée à garder les clés. Mais je ne l’ai jamais fait. J’avais trop peur de ruiner mon amitié avec elle et peut-être même ma réputation sur le campus si elle en parlait à ses amis. J’en avais honte. J’ai donc continué à fantasmer en secret.

Un jour, aux alentours de Noël, nous parlions tous des cadeaux que nous allions offrir à nos proches et l’idée nous est venue d’aller faire du shopping tous ensemble. Deux autres filles du groupe, qui la connaissaient avant l’université, ont dit en plaisantant qu’elles n’iraient plus jamais faire des achats de cadeaux avec elle parce qu’elle passait beaucoup trop de temps dans les magasins à tout regarder et qu’elle voulait entrer dans tous les magasins de la ville. Elles avaient l’air assez traumatisées en fait. Sans même y réfléchir, j’ai dit que cela ne me dérangeait pas et que j’irais avec elle. Bien sûr, les autres gars savaient à quel point elle me plaisait, alors je suis sûr qu’ils ont dit qu’ils étaient trop occupés pour sortir, juste pour que je puisse être seul avec elle. Je n’ai jamais pu les remercier comme il se doit pour cela. Et à ma grande surprise, elle semblait tout à fait ravie et excitée !

Ses amies n’avaient pas menti, elle voulait vraiment entrer dans tous les magasins. Cela ne me dérangeait pas du tout. Je ne me souviens même pas de la moitié des magasins où nous sommes allés. La façon dont son manteau noir était bien taillé à la taille et plus large que la jupe en dessous était probablement la robe d’hiver la plus élégante que j’aie vue, et avec ses chaussures de cuir à talons hauts qui étiraient légèrement ses jambes, j’étais plus concentré sur elle que sur les articles qui se trouvaient en face de nous. Je complimentais souvent son style et je suis sûr que cela a contribué à ce qu’elle devine que je l’aimais bien. C’est peut-être pour cela qu’elle a été assez confiante pour me poser cette question un peu plus tard. Quand nous étions dans ce sex-shop.

Je n’arrivais pas à savoir si elle plaisantait ou non lorsqu’elle m’a proposé d’aller chercher des idées dans cette boutique. Je veux dire qu’elle plaisantait, dans le sens où il était évident qu’elle voulait juste voir ce qu’il y avait à l’intérieur pour s’amuser et qu’elle n’achèterait jamais rien, mais je ne pensais pas que nous irions vraiment dans ce magasin. Pourtant, nous y sommes allés. Et elle a dû me pousser un peu pour cela, j’étais si timide, si nerveux. Elle pensait que c’était parce qu’on était en public et que les sex-shops étaient un peu tabous, alors elle a insisté d’un ton idiot, en me rappelant qu’on était toutes les deux assez âgées, mais c’était en fait parce que j’étais avec elle et que je savais que je serais tellement, tellement… excité, en pensant à elle de la manière la plus inappropriée qui soit.

Elle a remarqué que quelque chose n’allait pas, alors elle s’est approchée et a chuchoté avec un regard taquin :

— « Quoi ? Tu crois que je suis une vierge innocente ? C’est ça ? »

J’ai haussé les sourcils de surprise, ne sachant que répondre. En fait, je ne savais pas du tout si elle avait de l’expérience ou non.

— « Ou peut-être que tu l’es ? », demanda-t-elle avant que je ne puisse répondre, inclinant légèrement la tête avec un sourire espiègle. Voyant que je ne répondais pas, elle a écarquillé les yeux en même temps que son sourire et m’a pris les mains sous l’effet de la surprise.

— « Vraiment ? ! »

Elle m’a lâché une main, mais m’a conduit dans le sex-shop avec l’autre, en me disant que ça ne pouvait pas me faire de mal d’en apprendre un peu plus sur ces choses-là ou quelque chose comme ça. Honnêtement, je ne m’en souviens pas. Je me souviens par contre des battements de cœur que je ressentais à cause de ses questions intimes, de la façon dont elle se rapprochait pour chuchoter, de sa main qui tenait toujours la mienne. J’étais déjà perdu en elle et j’espérais qu’elle ne me lâcherait jamais.

J’ai réussi à me calmer un peu et nous nous sommes amusés à visiter l’endroit. Nous avions probablement l’air d’enfants dans un musée, mais cela nous était égal. Elle m’a tenu la main pendant un temps étonnamment long. Je me souviens précisément du moment où elle l’a finalement lâchée pour attraper une petite boîte par curiosité.

— « Qu’est-ce que c’est ? », demanda-t-elle presque à elle-même en regardant les côtés et le dos de la boîte. Une boîte de cage de chasteté. Aujourd’hui encore, je ne pense pas que mon cœur ait jamais battu aussi fort qu’à ce moment-là. Je pourrais jurer que mon souffle était audiblement tremblant.

— « Tu sais ce que c’est ? »

Elle s’est retournée pour me regarder et a écarquillé les yeux.

— « Vraiment ? ! »

Comment mon amour de longue date à l’université a appris l’existence des cages de chasteté — Partie 2

Je me souviens de cet étrange vertige, de cette sensation de sueur froide et de frisson, lorsqu’elle a deviné que je connaissais déjà les cages de chasteté. J’ai été pris au dépourvu. Je savais que tout allait bien jusqu’à présent, je savais juste ce que c’était, non ? Il n’y a rien de mal à connaitre des choses. Mais j’avais peur que mes réactions trahissent mes pensées profondes.

— « Eh bien, parle-moi de ça ! Comment ça marche ? »

Elle chuchotait bruyamment en regardant la boîte. J’ai dû prendre une profonde inspiration avant d’essayer de marmonner quelque chose d’audible. Le fait que je n’arrêtais pas de l’imaginer m’enfermer n’aidait pas du tout. Cela a probablement donné quelque chose comme ça.

— « Eh bien, tu… enfin un mec… peut mettre son… tu sais, son truc là-dedans… son truc mou… et ensuite tu peux le verrouiller avec ce cadenas pour que le gars ne puisse pas… ne puisse pas le retirer… de lui-même et que son truc reste… mou… comme ça empêche… une érection. »

Je me souviens très bien de la gêne que j’ai ressentie en entendant ma voix. Il était impossible qu’elle n’ait pas remarqué à quel point j’étais tremblant et frêle, tout simplement impossible. Je suis persuadé que c’est pour cela qu’elle s’est à nouveau tournée vers moi, me fixant pendant quelques secondes. Elle a froncé les sourcils et s’est penchée un peu en avant avec un sourire étrange.

— « Ça te plaît ? »

J’ai ouvert la bouche, mais aucun de putain de mot n’a pu sortir.

Elle m’a heurté avec son coude en regardant la cage, puis en me regardant à nouveau.

— « Mais genre… à quoi ça sert ? Je veux dire… quel en est l’intérêt ? »

Je savais que j’étais pris au piège. Il était inutile de le nier à ce moment-là et, honnêtement, elle semblait si sincèrement curieuse à ce sujet que cela m’a aidé à me calmer un peu. Je n’ai pas non plus remarqué de signe de dégoût chez elle, ce qui était déjà un soulagement. J’ai donc répondu honnêtement :

— « C’est un jeu, une question de contrôle… et de déni. L’idée est de la porter pendant un certain temps, cela peut être quelques heures, quelques jours… parfois plus. C’est amusant quand on l’utilise pour taquiner, pour… “stimuler” l’excitation. C’est un peu comme lorsqu’un fumeur a vraiment envie d’une cigarette, mais qu’il n’en a pas ou qu’il ne peut pas fumer pour le moment, cela lui donne envie de fumer encore plus. Ou lorsqu’on est devant un plat délicieux alors qu’on a déjà faim, le fait d’attendre donne… encore plus faim… Plus on la porte… plus on… Enfin, tu as compris l’idée, n’est-ce pas ? »

Elle s’est en quelque sorte figée. Elle a pris quelques (et longues) secondes pour bien regarder la cage. Elle ne souriait plus, elle semblait perdue dans ses pensées. C’était une cage métallique, avec des barreaux, un modèle assez grand. Elle a finalement rapproché la boîte de sa poitrine et s’est retournée vers moi.

— « Et donc, elle peut être portée pendant des jours ? »

— « Eh bien oui, la plupart sont faites pour ça… Les gars peuvent aller aux toilettes, prendre une douche avec, etc… Il faut faire attention à l’hygiène, mais c’est faisable. »

Elle continuait à me fixer d’un regard assez neutre. Je détestais ce moment, je n’avais aucune idée de ce à quoi elle pensait et j’étais maintenant sérieusement inquiet qu’elle trouve cela très bizarre. Je veux dire, pas que je ne comprendrais pas.

— « Alors… est-ce que tu… en as une ? », demanda-t-elle lentement et plus calmement. »

Je me souviens que mes joues étaient si chaudes. La gêne m’a fait sourire et j’ai trébuché sur mes mots, mais j’ai finalement réussi à dire oui.

Elle écarquilla les yeux avec le plus grand sourire que j’avais vu jusqu’à présent et fit un pas en arrière, tenant toujours la boîte, puis un autre dans ma direction. Je pense qu’elle était un peu déconcertée. Cela m’a fait plaisir en fait, comme si j’étais soudainement un peu plus intéressant à ses yeux qu’elle ne le pensait au départ. Nous avons continué à en parler, des différents types de situations dans lesquelles on peut en utiliser une, de la dynamique qu’elle peut créer, des sentiments que l’on éprouve en la portant… Le magasin était faiblement éclairé et je ne pouvais pas bien voir son visage, mais je pourrais jurer qu’elle rougissait un peu pendant que nous parlions. Bien sûr, le sujet le plus intéressant était celui du keyholding.

— « Alors tu… n’as jamais donné les clés de la tienne à quelqu’un d’autre ? », demanda-t-elle doucement.

— « Pas… encore », ai-je répondu, tout en sachant que j’aimerais les lui donner un jour. J’avais un peu peur que mon cœur explose à ce moment-là, je le sentais battre dans ma gorge.

Elle ne répondit pas pendant quelques secondes. Elle baissa un peu les yeux et croisa les jambes, les frottant doucement l’une contre l’autre. Elle secoua ensuite un peu la tête et regarda sa montre.

— « Il se fait un peu tard. Nous devrions partir avant que tous les magasins ne ferment. J’ai encore besoin d’un cadeau pour ma mère. »

Je ne sais pas si c’était un soulagement ou non. Pourtant, j’ai accepté et nous avons continué.

Pendant le reste de cette fin d’après-midi, j’ai eu l’impression qu’il y avait un petit quelque chose de différent entre nous. Je ne sais pas trop comment l’expliquer, mais nous étions plus calmes, nous parlions sur un ton plus doux. Elle me regardait un peu plus lorsqu’elle envisageait un cadeau, du moins c’est ce que j’ai ressenti. Nous faisions encore quelques blagues ici et là. Dans l’un des magasins, elle m’a bousculé et a pointé son menton vers une cage à oiseaux décorative avec le sourire le plus méchant de la journée. Je lui ai rendu la pareille en fronçant les sourcils. Finalement, nous avons terminé et nous avons décidé de rentrer à la maison. Je n’en avais pas envie, mais il commençait à faire un peu froid.

— « Merci d’avoir accepté d’endurer ce parcours tortueux pour moi, contrairement à nos autres amis ! », plaisanta-t-elle.

— « Heh qui sait, peut-être que j’aime être torturé » (par toi, ai-je failli ajouter).

Elle ria et secoua la tête.

— « D’accord monsieur, à bientôt ! ».

Elle m’a fait un clin d’œil et s’est éloignée alors que je lui disais de rentrer chez elle en toute sécurité.

Ce soir-là, je n’ai pu m’empêcher de penser à elle. J’ai sorti ma cage, mais je ne l’ai pas mise. Je n’arrêtais pas d’imaginer des choses sur elle. Vous savez, ce genre de soirée où vous fixez le plafond, allongé dans vos draps, en élaborant toutes sortes de scénarios dans votre tête. Vous vous demandez si vous auriez dû dire ceci ou cela, vous vous interrogez sur ses pensées. Je ne sais plus à quoi je pensais exactement quand j’ai entendu mon téléphone sonner.

Comment mon béguin de longue date s’est retrouvé sur mon lit — Partie 3

— « Je voulais juste te dire que je me suis bien amusé aujourd’hui. Je ne m’attendais surtout pas à ce que tu m’apprennes quelque chose de coquin après avoir traîné ton cul de vierge dans ce sex-shop ? »

Quel message ! Je dois dire que j’ai été assez surpris de voir à quel point elle était directe et taquine. Je suis sûr que la plupart d’entre vous connaissent ce genre de situation. Celui dans laquelle vous pensez que le prochain message que vous envoyez pourrait être décisif pour votre avenir. Elle savait que je venais de lire le message, je devais donc réfléchir rapidement pour paraître spontané, et j’ai donc choisi la première chose qui me semblait presque intelligente.

— « Eh bien peut-être que la prochaine fois, c’est toi qui m’apprendras quelque chose de pervers. »

— « Ne voudrais-tu pas que ce soit le cas, vilain garçon ! ? »

— « ça dépend de la leçon ;) »

— « Je suis sûr que je peux penser à certaines que tu n’aimerais pas tant que ça ! »

— « Hm hmm ? »

— « Je me moque juste de toi. Bonne nuit ? »

J’avais déjà l’impression d’avoir poussé trop loin. Je ne sais pas, j’ai l’habitude d’être un peu maladroit avec ces choses. Quoi qu’il en soit, ce dernier emoji était bien agréable. J’ai essayé de ne pas y voir trop de choses, mais c’était difficile. Je me suis demandé ce qu’elle voulait dire par « des leçons que je n’aimerais pas« . Bien sûr, cela m’a stimulé toute la nuit et j’ai fini par fantasmer sur elle et sur toutes les façons dont elle pouvait… « m’embrouiller« . Quoi qu’il en soit, ces messages ont été les derniers de nos interactions frénétiques pendant un certain temps.

Au cours des semaines suivantes, nous nous sommes vus ici et là. Nous n’avons plus jamais abordé le sujet, mais, comme lors de cette soirée shopping, l’ambiance semblait avoir un peu changé. Peut-être que c’était juste dans ma tête, je ne peux pas le dire. Peut-être que ça a juste changé pour moi.

Entre janvier et février, nous avons eu nos résultats d’examen. Comme le veut la tradition, nous avons décidé d’organiser une petite fête avec notre groupe pour célébrer l’événement. J’ai eu la chance de vivre dans une maison assez grande avec des parents souvent absents. Ils partaient souvent en week-end et il était donc facile d’organiser nos fêtes lorsqu’ils n’étaient pas là, et c’est ce que nous avons fait. Une douzaine de personnes sont venues. Ce n’était pas une énorme fête, mais nous savions quand même nous amuser et je savais faire d’excellents cocktails.

Vers 22 h, peut-être 23 h, une de mes amies, qui était assez mal en point zigzagué et trébuché vers moi alors que je changeais la musique sur la chaîne stéréo. Nous étions assez loin et la musique était assez forte pour que personne ne puisse nous entendre.

— « Hé, mister ! », cria-t-elle.

Je n’ai pas pu m’empêcher de rire un peu en la voyant lutter pour se lever. Elle était toujours aussi mignonne et il y avait vraiment quelque chose qui se passait avec cette coiffure sauvage que son état d’ébriété lui avait donnée.

— « Qu’est-ce que tu veux, ma belle ? », demandai-je, prêt à mettre sa chanson préférée du moment.

Elle s’est appuyée contre moi, une main sur mon torse, une autre sur mon épaule, a approché ses lèvres alcoolisées de mon oreille et m’a dit :

— « Voir ta cage de chasteté. »

En la sentant ainsi contre moi, j’ai eu envie de l’attraper et de l’embrasser si furieusement. Mais elle s’est penchée en arrière, faisant glisser sa main de mon épaule, le long de mon bras et jusqu’à ma main, qui a saisi la sienne. Je l’ai conduite dans ma chambre et l’ai fermée à clé. Je n’avais pas regardé où étaient les autres. J’avais peur qu’ils soient des gamins stupides et qu’ils frappent à notre porte pour nous dire d’arrêter de baiser ou autre chose. J’ai essayé d’écarter cette idée et j’ai prié pour qu’ils soient soit trop intoxiqués pour remarquer notre absence, soit assez mûrs pour nous laisser tranquilles.

Elle s’est instantanément assise — ou plutôt tombée sur le lit — et s’est allongée en arrière. Elle portait une jupe noire assez courte avec des cuissardes. La voir ainsi sur mon lit me rendait un peu fou. Pourtant, je m’inquiétais un peu de son état. « Tu vas bien ? demandai-je, toujours debout.

Après quelques secondes d’inactivité, elle s’est retournée étonnamment doucement, sur le ventre, posant son menton sur le dos de ses mains et me regardant. « Oui ! » Elle a ensuite commencé à balancer ses pieds dans les airs, ce qui m’a rappelé la fois où elle était à la plage. Il semble qu’elle ait réussi à glisser de ses chaussures avant de s’écraser sur les draps. « Alors, c’est où ? ! » demanda-t-elle en frappant ses mains sur le matelas.

Je me suis assis un peu à l’écart d’elle et ouvris le tiroir de ma table de nuit. Une Holy Trainer claire de taille standard. Je l’ai prise et l’ai placée entre nous. La serrure était encore sur l’une des clés. Elle s’est approchée en rampant et l’a regardée fixement.

— « C’est petit ! »

J’ai soufflé et je lui ai dit d’aller se faire foutre.

— « Non, attends, tu peux vraiment la mettre ? Je veux dire, elle te va ? », demanda-t-elle, la prenant, l’examinant entre ses doigts, jouant avec la bague.

— « Oui, bien sûr. »

Elle me regarda dans les yeux.

— « Alors, mets-la. »

Comment mon béguin m’a demandé de mettre ma cage — Partie 4

Mon cœur ne s’est pas arrêté, il s’est juste figé. Mon dos tremblait et je pouvais sentir une sueur froide monter sur mes bras. Je n’y croyais pas. J’avais fantasmé à ce sujet pendant des mois. La façon dont elle me regardait, allongée sur ce lit, j’avais l’impression qu’elle savait un peu l’effet qu’elle avait sur moi, mais il est impossible qu’elle ait la moindre idée de la puissance de cet effet. Bien sûr, je voulais la mettre, mais je savais que c’était un peu plus compliqué que cela.

— « C’est… en fait pas si facile. Cela prend du temps. »

— « On a toute la nuit, mon chou. », répondit-elle d’une voix ridicule, ivre, séductrice mais presque sarcastique.

— « Je ne peux pas le faire ici, j’aurais besoin d’aller aux toilettes. »

— « Et pourquoi ça ? »

— « Il… euh… elle doit être… molle. Tu sais ? »

Elle s’est arrêtée et a pris le temps de me regarder. Je suis sûr qu’elle a essayé de contenir son sourire, mais n’y est pas parvenue. Elle s’est donc contentée de rire et de baisser les yeux. Je suppose qu’elle était en fait un peu timide. Puis elle a eu le plus grand des sourires.

— « Et quoi ? Tu veux dire que le fait de me voir t’empêche de rester doux ? »

Je sentais à nouveau cette sensation de froid dans ma poitrine. Je pense qu’elle a vu que j’étais un peu agité.

— « Écoute, ça va si tu prends un peu de temps pour le faire, d’accord ? Je veux vraiment te voir la mettre ! Je suis juste curieuse, je n’ai jamais rien vu de tel ! S’il te plaît ? »

Elle posa sa main sur mon bras. J’avais envie d’un contact physique.

— « Juste, je ne sais pas, commence par enlever ton pantalon ou quelque chose comme ça. C’est bon, nous sommes amis depuis longtemps, je m’en fous, ne t’inquiète pas, et la porte est est verrouillée ! »

Elle lâcha mon bras et posa sa tête inclinée sur ses deux mains.

— « S’il te plaît ? »

« Qu’est-ce que je fous ? », murmurai-je en me levant devant elle et dézippant mon jean. J’avais tellement, tellement, tellement, tellement peur. Mon cœur allait foutrement exploser, je le jure. Je faisais de mon mieux pour éviter que mes mains ne tremblent trop. Elle était toujours en train de jouer à balancer ses pieds en l’air, allongée sur le ventre. J’ai baissé mon pantalon et on pouvait clairement voir la forme de mon renflement durcissant sur mes sous-vêtements. Je l’ai observée attentivement et j’ai remarqué la façon dont elle a haussé les sourcils, en souriant, lorsqu’elle a découvert mon renflement. Cela a juste fait battre mon sang et mon renflement.

— « Allez, jusqu’au bout, monsieur », m’ordonna-t-elle en levant un peu le menton, ses yeux regardant vers le bas.

J’ai inspiré et j’ai tout enlevé, laissant ma bite se dresser complètement devant elle. Je ne me suis pas contenté de tout faire glisser, j’ai complètement enlevé mes vêtements (même les chaussettes, ne me demandez pas pourquoi) et j’ai juste gardé mon T-shirt. Je me sentais un peu gêné de me tenir debout au-dessus d’elle, alors je me suis agenouillé. Je ne sais pas ce qui m’est passé par la tête, mais j’ai eu l’impression que c’était la « bonne » chose à faire. J’ai gardé les cuisses et le dos bien droits pour qu’elle puisse tout voir… clairement. Ce n’était pas une position confortable, mais peu importe. La situation n’avait aucun sens de toute façon. Elle l’a remarqué bien sûr et s’est moquée de moi.

— « Déjà à genoux ? Es-tu si désireux de te soumettre à moi ? », me taquina-t-elle.

J’ai hoché la tête. Pas beaucoup, juste légèrement et lentement. Tu sais, écrire cela est tellement gênant pour moi. Ça a l’air ridicule, mais je crois qu’elle a vraiment aimé. Tu sais… ce qu’elle a dit juste après, avec une expression de surprise et… de bonheur.

— « C’est pas vrai ! Bon garçon ! »

Elle souriait si fort. Juste à me regarder, moi et ma bite en érection… Je pense que ce qui m’a donné un peu de confiance pour faire tout cela, c’est que j’avais commencé à faire de la musculation il y a quelques mois. Je ne suis pas vraiment un gars masculin et musclé. Je suis pratiquement imberbe et mon corps est encore assez mince, mais j’aime bien ça. Je me sens lisse et assez sexy, alors je me suis senti… bien… devant elle, comme ça. Je ne sais pas quoi penser de ma bite. Je suppose qu’elle est moyenne.

— « Alors, tu crois que tu peux te calmer un peu et mettre ce truc ? », demanda-t-elle en prenant la cage entre ses doigts.

Comment mon béguin a pris la clé de ma cage — Partie 5

Je n’étais pas sûr d’être capable de me calmer et de la mettre. La façon dont elle me taquinait, allongée sur ce lit, honnêtement, je voulais juste lui sauter dessus et… je la fixais. Elle l’a vu.

— « Allez, tu ne viens pas d’admettre que tu voulais te soumettre à moi ? Respire, ça va aller. »

Le fait qu’elle me rappelle que je voulais me soumettre à elle, et qu’elle insinue indirectement qu’elle le voulait aussi ne m’aidait pas du tout. J’ai essayé de respirer plus lentement, mais l’érection furieuse ne disparaissait pas.

— « Je suis désolé… Je t’ai dit que ce n’était pas facile… », dis-je, craignant par sa réaction.

Elle s’est arrêtée et a réfléchi quelques instants, me regardant avec un regard étonnamment neutre. Je n’ai pas pu m’empêcher de regarder ses pieds qui pendaient toujours dans les airs. Je ne sais pas si elle a à peine haussé un sourcil ou quelque chose comme ça, mais juste après elle a dit :

— « OK, que dirais-tu de ça ! Si tu parviens à te calmer et à mettre la cage devant moi… », elle balança ses pieds un peu plus, « je te laisserai… me masser les pieds ! », dit-elle en clignant de l’œil.

Cela a fait tressaillir ma bite. Elle s’est mise à rire : « je savais que ça t’intéressait ! Alors, qu’en dites-vous, Monsieur ? », demanda-t-elle en balançant ses pieds de manière ludique. C’était une véritable torture. Mais il n’y avait aucune chance que la soirée se termine autrement que comme elle l’avait proposé, alors j’ai pris la cage et l’anneau, prêt à me concentrer aussi fort que possible. Je pouvais sentir son excitation tandis que je fermais les yeux et expirais lentement. Je ne vais pas écrire en détail ce que j’ai pensé à ce moment-là parce que ce n’était pas sexy. Je te dirai juste que j’ai mis l’anneau pour la première fois alors que j’étais à moitié dur, ce qui a bien sûr ravivé ma gaule. Il m’a fallu quatre tentatives pour enfiler complètement la cage. Les deux premières fois ont été particulièrement horribles parce que je sentais qu’elle s’excitait alors que je l’enfilais à peine, ce qui m’a fait bander instantanément. Elle a protesté et m’a fait part de sa déception, ce qui a aidé. Au moment où j’allais enfin la mettre complètement, j’ai ouvert les yeux et j’ai cherché la clé, en tenant la cage avec ma main gauche.

— « Oh, c’est ça que tu cherches ? », demanda-t-elle en jouant avec.

Je sentais ma bite pousser contre la cage que je maintenais avec ma main.

— « Hm-hmm. »

Elle glissa lentement vers l’avant sur ses coudes, toujours allongée sur le lit.

— « Je peux ? », demanda-t-elle en tendant la main vers moi, maintenant le haut de son corps avec sa main droite posée sur le sol et en approchant la clé avec sa main gauche. Elle était dangereusement proche. Je fixais ses yeux. J’avais tellement envie de l’embrasser. J’ai incliné la tête. Elle baissa les yeux vers la cage avec ses lèvres humides entrouvertes et, comme je tenais toujours la cage en place, je la sentis glisser la serrure, s’assurer avec minutie qu’elle était bien en place, tourner la clé et la retirer. Elle repoussa son bras et s’assit sur le lit, l’air ravi.

J’ai patiemment attendu, admirant sa beauté.

— « Oh, c’est vrai. Je t’ai promis une récompense, n’est-ce pas ? » Elle s’est assise un peu plus loin sur le lit, contre la tête de lit, et a étendu ses jambes sur les draps. Ses bas couvraient ses pieds devant moi.

— « Très bien… bon garçon, vas-y », murmura-t-elle tout en jouant avec la clé entre ses doigts. Je suis presque sûr qu’elle m’appelait bon garçon juste pour me taquiner et m’embêter, mais… ça a marché. J’ai levé les bras et pris doucement son pied gauche entre mes mains. Comme elle portait une sorte de talon haut ouvert, son pied était très frais.

J’ai fait courir mon pouce de son talon jusqu’au sommet de la plante de son pied. Lentement, mais avec une bonne pression, en remontant, puis en redescendant. Je sentais sa peau lisse sous le tissu fin. Je fantasmais un peu sur ses pieds depuis que je les avais vus à la plage. J’ai pris une grande inspiration et je me suis concentré sur le massage du mieux que j’ai pu. J’ai levé les yeux vers elle.

— « C’est étonnamment bon… », dit-elle doucement.

Elle avait cessé de tripoter la clé et semblait détendue. J’ai donc continué. C’était un tel plaisir de la masser. Je n’arrivais pas à croire que je touchais son merveilleux corps d’une manière aussi intime. C’était déjà plus que ce que j’aurais pu espérer. Le fait que je porte ma cage pour elle… quel rêve ! Je n’étais même pas excité à ce moment-là. Juste paisible. J’appréciais le moment. Je l’adorais. Je me suis occupé de son autre pied après quelques minutes. J’utilisais mes deux mains sur ce pied. J’appuyais sur ses orteils, je courais le long de sa plante, je tournais autour, j’appliquais une pression avec mes articulations. C’était bon de prendre soin d’elle et de voir qu’elle avait l’air d’apprécier.

Je regardais surtout la plante de son pied, concentré sur mes mouvements, mais parfois mes yeux glissaient le long de ses longues jambes, jusqu’à sa jupe noire, suivaient les courbes de sa taille, s’arrêtant sur son visage calme. Ses yeux étaient fermés. Elle était si belle. Je sais que cela peut paraître superficiel. La façon dont ses cheveux blonds tombaient en boucles larges et douces, la façon dont son petit nez brillait d’un éclat un peu rose…

Aucune idée du temps qui s’était écoulé quand quelqu’un a frappé à la porte. Surprise, elle plia rapidement ses jambes vers elle.

— « Qu’est-ce que tu fais là-dedans ? », cria un crétin de l’autre côté. Aucun de nous n’a répondu. Nous nous sommes regardés et nous avons tous les deux souri maladroitement.

— « Tu es mort ? », poursuit la voix en frappant à nouveau.

— « Hé, allez mec. », dit une autre voix, plus étouffée. Ils échangèrent quelques mots, on ne comprenait pas vraiment, et ils s’en allèrent.

Debout, je me suis retourné vers elle, toujours assise contre le mur, sur le lit. Je suis presque sûr que c’est à ce moment-là que j’ai senti et su que j’étais amoureux. Je suis allé m’asseoir à côté d’elle. Nous sommes restés silencieux pendant un moment. Nous pouvions encore entendre la musique de la fête.

— « Hé hum… merci. Pour le massage, c’était plutôt bien », dit-elle doucement.

— « Quand tu veux », répondis-je avec un clin d’œil.

Elle me regardait fixement.

Elle approcha sa bouche de mon visage.

Elle s’humecta délicatement les lèvres.

Je voulais l’embrasser.

Elle ouvrit les lèvres.

— « Alors… je peux… garder ça ? », me demanda-t-elle en jouant avec la clé, les yeux sérieux.

J’ai senti mon cœur. Je l’avais senti toute la nuit pour être honnête, mais différemment. J’ai hoché la tête. Elle a baissé les yeux, puis les a relevés. Elle n’a rien dit. Moi non plus. J’aurais aimé avoir le courage de l’embrasser, mais je ne l’ai pas eu. Alors nous ne l’avons pas fait.

 

2 Commentaires

  1. Histoire très bien écrite, très intéressante, une suite possible… car là il manque la partie la plus intéressante et peut être la plus coquine. En tous cas toute cette partie est bien sympathique et on prend plaisir à lire principalement grâce à tous les détails que vous avez apportés. Encore une fois bravo pour cette histoire.

ARTICLES AU HASARD


LES DERNIERS BILLETS

Aller à la barre d’outils